The Congo Panorama ~ Le Panorama Congolais

 
Les Echos de Kinshasa:
News ~ Info/Actualités

Features and Special Reports (in french and english): Documents et Rapports spéciaux très importants
 
Documentation + Key Interviews
 
Commentaires ~ Editorials
 
Economy: contrats miniers signés
 
Important Speeches ~ Discours clés
 
Letters/Forum
 
Debates
 
Si vous ne connaissez pas vraiment Joseph Kabila, l’homme et sa vision lisez le message suivant: + Dans une interview à Jeune Afrique : Voici les vérités crues de Joseph Kabila !
 
Le FRONACORDE - NKOLO MBOKA: un nouveau mouvement des masses pour le Congo.

Adherez-y massivement!

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs: Lettre ouverte à tous mes compatriotes Congolais.

 
Le Président Joseph Kabila se prononce sur toutes les questions de l'heure. Neamoins, il est estimé que l'époque des dons présidentiels toujours détournés doit être révolue:
 
La privatisation du Congo s'accèlere:

Les princes du mobutisme et l’avenir de notre pays, commentaire critique de Kâ Mana

Kengo wa Dondo doit répondre aux crimes suivants:
 
L'implantation militaire des puissances occidentales sur le continent africain pour controler les matières prémières, une réalité évidente! La RDC ne deviendra jamais le pion américain dans la Région des Grands Lacs.

De la Françafrique à la Mafiafrique: François-Xavier Verschave. Entretien avec Enrico Porsia.

 
George Forrest répond à Global Witness:
 
Les Deux "Non" de Mzee Kabila:

Evaluation du projet de Constitution

 
Bilan de la transition ~ Transition assessment
 
Nationalisme, Culture & Society.

Ainsi Parla Patrice Lumumba:

Le combat révolutionaire de Pierre Mulele

Video Choc: Assassinat barbare, sauvage et terroriste de Patrice Lumumba!

VIDEO SHOCK: Watch Patrice Lumumba's savage and terrorist assassination here!

VIDEO SHOCK: La terreur du Roi Léopold II - King Leopold's terror in Congo. Watch it here!

Hommage à un veritable révolutionaire Lumumbiste: Léopold Amisi Soumialot parle de son défunt père, Gaston Soumialot.

Video: Ecoutez la voix de Gaston Soumialot ici.

Video: Le film réalisé par Jihal El Tahri et intitulé "L'Afrique en Morceaux: La tragédie des pays de la Région des Grands Lacs" desormais discrédité.

Regardez-le ici!

Video: Mobutu ou les 32 ans de démagogie, de kléptocratie, de terreur et de prédation! Film réalisé par Thierry Michel

Regardez-le ici! Mais attention! Ce film contient des mensonges, surtout à propos de Lumumba!

 
Congo at the ICJ ~ Verdict de la CPI
 
Horribles Photos du genocide au Congo: sickening photos of the genocide of the Congolese people committed by Rwandans, Ugandans and Burundians, backed by Western superpowers and multinationals.
 
Links/Liens
 
 

Exclusif: MAMAN SIFA, la mère de Joseph Kabila,se confie à Colette Braeckman: Elle parle du maquis, de l’enfance du futur président congolais, de ses idéaux révolutionnaires, de la lutte de toute une vie. Elle égrène ses souvenirs: une vie jallonée de combats, longtemps dans le maquis qui, dit-elle, a forgé le caractère de son fils, Joseph.

Focus

L’ENFANCE D’UN CHEF

Kinshasa, le 2 juin 2006

Entretien exclusif avec Maman Sifa, la mère de Joseph Kabila, par Colette Braeckman, envoyée spéciale du quotidien belge, Le Soir.

Madame Sifa Maanya n’est pas une femme publique. Discrète, pudique mais pas éffacée, elle évite les journalistes, sauf lorsqu’il est question de ses activités sociales au sein de la Fondation Mzee Laurent Désiré Kabila.

Exceptionnellement, peut être parce qu’elle savait que nous avions rencontré le Mzee (le «Vieux» en swahili, surnom donné au défunt président congolais) lorsqu’il voyageait en Europe dans la plus grande discrétion, elle a accepté un entretien, qui s’est déroulé dans son vaste bureau de la Gombe. Peu de meubles, pas de tableaux ni the tapis, pas de signes extérieurs de richessse. Avant d’entamer la conversation, madame Sifa nous invite à prier et demande à Dieu de nous benir.

D’emblée, cette femme originaire de Kabambare au Maniéma, vient à l’essentiel: «aux côtés de Mzee, j’étais une militante. Ensemble nous voulions combattre l’injustice, lutter contre Mobutu qui avait confisquer le pouvoir.»

Dès l’assassinat de Lumumba, en 1961, Laurent Désiré Kabila se lance dans la lutte et c’est en 1965 qu’il créée ubn maquis à l’Est: «Nous avons commencé dans la région de Fizi où nous avions installé notre état-major. Mais nous avons souvent dû nous déplacer dans les montagnes, fuyant les attaques de l’armée de Mobutu. Il y a eu Hewa Bora 1, Hewa Bora 2, Makanga… C’est à Kasingere que nous avons fondé le parti de la révolution populaire.»

Madame Sifa ne veut pas qualifier de difficile la vie dans le maquis: «Nous nous suffisions à nous mêmes et vivions dans une parfaite égalité. Grâce à l’agriculture, nous avions assez à manger, nous vivions aussi des produits de la pêche, de l’élevage. Nous manquions souvent du sel et d’huile et nous préférions recourir aux remèdes traditionnels. Mais notre population, sensibilisée, ne se plaignait pas.»

Déjà militante, Sifa devient cadre du Parti où elle s’occupe de la formation politique, en particulier des femmes.

«Nous expliquions aux gens pourquoi il fallait combattre cette dictature qui écrasait les paysans. Nous pratiquions l’éducation permanente, chacun devait suivre des cours de formation politique, mais aussi apprendre à lire et à écrire. Lee sessions politiques proprement dites duraient sept jours, puis ceux qui avaient été formés étaient envoyés dans d’autres villages pour enseigner à leur tour.»

Il n’y avait pas d’électricité dans le maquis, mais pas de bougies et d’allumettes non plus: «pour faire le feu, nous devions frotter des pierres pour faire jaillir l’étincelles…»

Les vêtements aussi étaient rares: Sifa avait uns eul pagne, peut-être deux, mais la plusb part du temps, les gens portaient des vêtements faits de raphia et d’écorces.

LAURENT DESIRE KABILA AVAIT CINQ ENFANTS

Photo ci-dessous. De gauche à droite: 1. Umaneo Josephine Kabila 2. Cecile Mafika Kabila 3. Zoe Kabila 4. Maman Sifa Mahanya 5. Fifi Kabila 6. Selemani Kanambe 7. Joseph Kabila Kabange 8. Jaynet Kabila Kyungu 9. Anina 10. Tetia

C’est dans le maquis égalitaire mais très pauvre que sont nés, en 1971, ses premiers enfants, les jumeaux, Jaynet et Joseph. Virent ensuite d’autres naissances, Joséphine, Zoé, Masengo…

«Notre famille s’est constituée dans le maquis et les enfants, dès l’age de de 3 ans fréquentaient l’école que nous avions créée. Ils étidièrent dans le maquis durant cinq ans.»

Après 1975, tout le monde fut forcé d’aller vivre à Wimbi, au bord du Lac Tanganyika, car les attaques des troupes de Mobutu étaient incéssantes, «ils nous bombardaient, nous pourchassaient dans les montagnes, nous ne pouvions plus résister. A certains moments, nous avons même été forcés de manger de l’herbe, des plantes sauvages».

A Wimbi, Sifa poursuit ses activités: «j’étais secrétaire adjointe des l’oragnisation des femmes révolutionnaires du Congo, une branche du PRP qui s’occupait de l’encadrement des femmes. Beaucoup d’enfants étaient sans familles, à cause de la guerre ou des maladies et c’est pour eux que le Mzee a créée le centre populaire pour les oeuvres sociales dont je fus la gérante pricipale. Mais nous avons été rapidement dispersés par les forces de Mobutu.»

Vers les années 78-79, le Mzee décide de faire évacuer les jumeaux vers Kigoma en Tanzanie, pour qu’ils poursuivent les études. La maman suivra quelque temps plus tard et le Mzee viendra ensuite, avec quelques rares partisans «il faut dire que nombreux étaient ceux qui avaient trahi et quitté le maquis car Mobutu les avait corrompus, soudoyés. Les derniers qui étaient restés subissaient les bombes, les embuscades, tout était mis en oeuvre pour les capturer…»

En Tanzanie, la famille Kabila est accueillie, protégée par Kazadi Nyembe, bien introduit auprès du président Nyerere. Sifa insiste avec reconnaissance:

C’est pour cela d’ailleurs que, malgré les difficultés financières, Laurent Désiré avait tenu à inscrire Jaynet et Joseph à l’école française de Dar es Salaam, afin qu’ils apprennent le français pour le jour où ils rentreraient dans leurs pays.

Comment la famille subvenait-elle à ses besoins? Madame Sifa ouvre ses mains et les regarde, pensive: «je cultivais un pétits champs et je vendais mes légumes au marché, comme toutes les femmes pauvres en Afrique. Plus tard, j’ai tenu une pétite échoppe, pour pouvoir payer les études des enfants. Le Mzee ne s’emtretenait pas de politique avec sa famille. Cette éducation là, c’est moi qui m’en chargeais. J’expliquais pourquoi nous réfusions de nous considérer comme des réfugiés, car nous étions des révolutionnaires.»

En Tanzanie, l’ambassade du Zaïre ne lésine pas sur les moyens: «Mobutu a tout essayé pour nous éliminer: le poison, les femmes, les embuscades, l’argent…»

Madame Sifa dément les histoires selon lesquelles le Mzee aurait multiplié les voyages: «il n’a quitté le maquis que deux fois, pour demander de l’aide aux amis en Europe, car nous manquions de tout….»

Et elle se souvient du soutien qui fut apporté par Pierre Galand, alors secrétaire général d’Oxfam-Belqique. A propos de la Tanzanie, Sifa évoque les réactions de fierté de som mari: «A un moment donné il a dit «stop» et décidé de l’aide proposée… Il déclarait que desormais nous allions nous prendre en charge…»

C’est à ce moment qu’elle a commencé à culitver et à vendre sa pétite production. «Le Mzee n’était intéressé que par la politique. C’est moi qui entretenait la famille avec mon travail…»

LES DISPOSITIONS DE JOSEPH KABILA

Photo ci-dessous: Les jumeaux Joseph et Jeanet en Tanzanie chez Bienvenu Mwilambwe pour leur scolarité. De gauche à droite : Joseph Kabila, Tundja Marie, Ilunga Rose Mwilambwe, Zaïna Jolie Mwilambwe, Jaynet Kabila

Après avoir terminé les études sécondaires à Dar es Salaam et fait, comme tout le monde ne Tanzanie, une année de service militaire, les jumeaux sont envoyés à l’université de Makerere en Ouganda. Leur sécurité n’est pas assurée et les services de Mobutu rodent toujours. Jaynet s’inscrit en journalisme, joseph en droit.

La maman se souvient des dispositions de son fils: «tout pétit, il avait déjà un tempérament de chef, il rêvait d’être militaire, de diriger une armée.»

En souriant, elle évoque le gamin qui alignait des pétites voitures pour en faire un convoi militaire, tout en précisant que le père réfusait que son fils se lance dans la carrière des armes.

Joseph séconde bientôt son père qui dresse des plans pour reprendre la lutte au Congo: «les préparatifs avaient commencé, au début des années 90, pour s’intensifier en 1994 et en 1995. Joseph était aux côtés de son père lorsque les opérations ont commencé en 1996. Nous avions réfléchi et tiré les léçons des erreurs commises au début de la lutte. On est pas allé cherché Mzee, il était là: c’est dépuis la mort de Lumumba que nous combattions la dictature…»

Le 17 mai 97, Sifa se trouve encore en Tanzanie avec les plus jeunes des enfants, lorsque les troupes rebelles entrent dans Kinshasa. C’est un mois plus tard qu’elle arrive discrètement dans la capitale:«Mzee ne voulait pas que l’on évoque sa vie privée…» Elle confirme que lors de la prémière guerre, en 96, Joseph se trouvait aux côtés de James Kabarebe, le général Rwandais qui dirigeait les opérations militaires.

Joseph tenait-il son père informé?

«Le le suppose, mais je sais que le Mzee avait été très faché d’apprendre les atrocités, les massacres commis par ses alliés: nous, notre lutte ce n’était pas ça, notre conception de la libération, ce n’était pas la vengeance…»

Quelles valeurs, avec som mari, a-t-elle enseigné à ses enfants? Ici Maman Sifa parle d’une traite (Photo ci-dessous: Laurent Désiré Kabila en Egypte)

«nous leurs avons appris l’amour dela patrie, le respect de la famille. Essayé de leur donner un code de bonne conduite et aussi des léçons de modestie, d’humilité. De leur apprendre à vivre en paix avec leur prochain. Nous avons essayé de façonner nos enfants afin qu’ils combattent l’injustice.» (…) «Joseph, à sa manière et avec ses méthodes, a tenté de poursuivre l’oeuvre de son père. Il a toujours eu une grande force de caractère, il réflechit avant d’agir et n’a jamais été un enfant turbulent… Calme, il ne parlait pas beaucoup, s’il s’était fâché, il ne le montrait pas. Je lui ai enseigné comment être poli, jamais insolent: c’est cela notre culture…»

Sifa, mère et épouse, exhale cependant quelque amertume: «Ah! Les Congolais… Quand je pense que le Mzee leur a sacrifié sa vie, et qu’ils l’ont tué… Chaque fois que je repense à sa mort, mon coeur redevient rouge…»

Elle ne nie pas la souffrance qu’elle éprouve au vu de la campagne qui vise Joseph: «il est mon enfant, au même titre que sa soeur Jaynet et les autres. Or lui, on le qualifie de «Rwandais». Tout cela est douloureux, mais tout ce que je peux dire, c’est qu’il est est bien mon fils… Comment peuvent-ils dire que je suis venu du Rwanda, alors que j’ai vecu avec le Mzee pendant 32 ans?»

Maman Sifa réfuse d’évoquer les menaces qui pèsent sur son fils, «il est entre les mains du Seigneur. Je prie Dieu de le protéger, de le laisser accomplir son destin…»

Back to top

 

Home | About | Contact